Solo et RANARISON Tsilavo ont créé ensemble EMERGENT en 2009

0
142

EMERGENT est la société française bénéficiaire des 76 virements internationaux de CONNECTIC. Elle a été créée par RANARISON Tsilavo et Solo pour solutionner la manque de confiance des partenaires étrangers par rapport à la crise de 2009 à Madagascar. Lors des interrogatoires, RANARISON Tsilavo a  affirmé que bien que EMERGENT est une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée dont Solo est le gérant, il n’a pas su que Solo est également l’unique associé et qu’il n’a découvert cet actionnariat qu’en 2012.

Il s’avère que non seulement, RANARISON Tsilavo connaît l’existence de CONNECTIC mais il a également préconisé aux fournisseurs d’établir les factures de vente au nom de EMERGENT au lieu de CONNECTIC pour les achats effectués par CONNECTIC.

RANARISON Tsilavo et Solo ont créé ensemble EMERGENT

Désolé, vous n'avez encore ajouté aucune histoire

Résumé de l’affaire opposant RANARISON Tsilavo à Solo

Une plainte avec demande d’arrestation déposée par Maître Fredon Armand RATOVONDRAJAO, avocat de RANARISON Tsilavo, ancien directeur exécutif de CONNECTIC jusqu’en septembre 2012, gérant fondateur de NEXTHOPE Madagascar depuis novembre 2012, contre son ancien patron Solo, associé à 80 % de CONNECTIC chez le Procureur Général près de la Cour d’Appel (PGCA) d’Antananarivo le 20 juillet 2015, a été transmis par celui-ci à la Police économique le 21 juillet 2015. La police économique a interrogé RANARISON Tsilavo et ses deux témoins, RAHARISON Gisèle et RAKOTOARISOA Lyna ancien salarié de CONNECTIC jusqu’au mois de mai 2012, puis ont travaillé chez DATALINK et travaillent actuellement chez NEXTHOPE Madagascar :

  • RAHARISON Gisèle est le responsable de DATALINK qui a fait une intrusion informatique et écoute téléphonique chez CONNECTIC en octobre 2012,
  • RAKOTOARISOA Lyna est la déléguée du personnel de CONNECTIC en avril 2012 qui a mené une grève sans préavis du jour au lendemain ayant comme revendication pour l’ensemble des salariés l’augmentation de 25 % des rémunérations et l’obtention d’une prime équivalent à 5 mois de salaires. La grève a été jugée illicite par la Direction provinciale du travail.

Solo a été mis en mandat de dépôt à Antanimora le 29 juillet 2015, soit une dizaine de jours après le dépôt de la plainte avec demande d’arrestation malgré toutes les preuves fournies à la police économique, au Substitut et au juge d’instruction. En effet, RANARISON Tsilavo a proposé le marché suivant, un second protocole d’accord avalisé par un « olom-be de la justice » qui abandonne la poursuite pour intrusion contre RAHARISON Gisèle et ANDRIANARIVO Antra, ingénieur greviste chez CONNECTIC et qui comme RAHARISON Gisèle et RAKOTOARISOA Lyna a travaillé chez DATALINK puis maintenant chez NEXTHOPE Madagascar.

Solo a passé près de 5 mois en détention malgré toutes les preuves écrites, les doléances déposées au Ministère de la justice à Madagascar et les évidences que les allégations avancées par RANARISON Tsilavo sont fausses et facilement démontables.

On a décidé de médiatiser cette affaire pour qu’elle soit un cas d’école et que justice s’ensuive. On a priorisé la médiatisation avant une plainte auprès du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) et le BIANCO.
RANARISON Tsilavo a déjà médiatisé ce dossier en transmettant par voie d’huissier aux différents établissements financiers de la place la condamnation de Solo. Pour pouvoir vendre aux enchères publiques les immobiliers de Solo, des avis de vente ont été également publiées dans des journaux à Madagascar.

Peu importe le temps qu’il nous faudra pour réparer de cette injustice, le Comité de soutien de Solo fort de son droit, se fraiera un chemin jusqu’à la victoire totale (adaptation du discours de Franklin D. Roosevelt au Congrès des Etats-Unis le 8 décembre 1941. Le 8 décembre 2015, 74 ans après, Solo fût jugé au tribunal d’Anosy)