Plainte d’abus de biens sociaux de RANARISON Tsilavo, gérant fondateur de NEXTHOPE

0
193

Le 3 juillet 2015, la Cour d’Appel d’Antananarivo a relaxé deux anciens salariés de CONNECTIC actuellement chez NEXTHOPE Madagascar, Antra ANDRIANARIVO et Gisèle RAHARISON,  après avoir travaillé chez DATALINK jugés car ils ont effectué  une intrusion informatique chez CONNECTIC malgré les différentes preuves : .
– Ordonnance de renvoi du 25 septembre 2014 devant le tribunal de RAHARISON Gisèle et de ANDRIANARIVO Antra
–  
attestation de Blue line disant que l’adresse IP qui a fait l’intrusion appartient à DATALINK contact RAHARISON Gisèle -,
–  
PV de constat des intrusions informatiques chez CONNECTIC,
– dossier-intrusion-,  _-arret-n931-du-03-juillet-15 ,

 

Le FAI Blueline Madagascar a constaté que l’adresse IP qui a fait l’intrusion appartient à DATALINK, représentée par RAHARISON Gisèle qui est actuellement chez NEXTHOPE

Des anciens salariés grévistes sans préavis de CONNECTIC, relaxés alors que toutes preuves sont entre les mains de la Cour d’Appel et le Procureur Général près de la Cour d’Appel qui gère de suite une plainte déposée par RANARISON Tsilavo gérant fondateur de NEXTHOPE alors que ce n’est pas de son attribution.

Donc pour pouvoir mettre son ancien patron Solo en mandat de dépôt pendant cinq mois à Antanimora et le faire condamner à deux ans de prison avec sursis et à 1 500 000 000 d’Ariary (un milliard 500 millions) de dommages et intérêts, RANARISON Tsilavo ancien directeur exécutif de CONNECTIC jusqu’en septembre 2012, gérant fondateur de NEXTHOPE Madagascar depuis novembre 2012,   a déposé une plainte abracadabrantesque traitée en turbo  par le Procureur Général près de la Cour d’Appel (PGCA) d’Antananarivo :
1 – ainsi la plainte avec demande d’arrestation a été déposée le 20 juillet 2015 auprès du PGCA ,
2 – un « soit transmis » a été envoyé par le PGCA à la Police économique le 21 juillet 2015,
3 – dès le 22 juillet 2015, RANARISON Tsilavo ainsi que les témoins RAHARISON Gisèle et RAKOTOARISOA Lyna anciens grévistes de CONNECTIC qui ont travaillé après chez DATALINK puis NEXTHOPE Madagascar,-  CONNECTIC , DATALINK et NEXTHOPE sont des entreprises « intégrateur de solution CISCO – ont été interrogés par la police économique,
4- Solo a été déferré au parquet d’Anosy, le jour de son retour pour la France le 29 juillet 2015 et a fini la soirée en mandat de dépôt à la maison d’arrêt d’Antanimora pour ne sortir que cinq mois après , le 15 décembre 2015
5 – Alors qu’au départ c’est Solo qui a déposé une plainte pour intrusion informatique au sein de la société CONNECTIC opérés par RAHARISON gisèle et ANDRIANARIVO Antra, anciens grévistes de CONNECTIC qui ont travaillé après chez DATALINK puis NEXTHOPE Madagascar, le jugement en appel a été rendu le 15 juillet 2015,
6 – Lors de son déferrement au Parquet d’Anosy, RANARISON Tsilavo a proposé l’abandon de la plainte pour abus des biens sociaux en l’encontre de Solo contre l’abandon de la plainte pour intrusion informatique,
7 – Les mots clés de cette histoire sont : intrusion informatique, écoute téléphonique, CONNECTIC, NEXTHOPE, DATALINK, CISCO Systems, corruption.

Résumé de la plainte de RANARISON Tsilavo

2015
21/07/2015
Les factures fictives ont été émises en tant que licences sur téléchargement d’IOS CISCO

Les factures fictives ont été émises en tant que licences sur téléchargement d’IOS CISCO

Dans sa plainte avec demande d’arrestation, RANARISON Tsilavo  ose dire :  » Que ces factures fictives ont été libellées en tant que « licences sur téléchargement de logiciel Cisco Internetworking Systems » REMARQUE :  Une licence sur téléchargement de logiciel CISCO Internetworking System est appelée également IOS. RANARISON Tsilavo n’a pas honte de se couvrir de ridicule […]

Cette arrestation a été bien sûr obtenue par RANARISON Tsilavo qui doit avoir ses entrées au Tribunal d’Antananarivo avec cette incarcération à très grande vitesse de son ancien patron, Solo.

On commentera en temps voulu les autres parties de la plainte de RANARISON Tsilavo avec demande d’arrestation contre Solo, son ancien employeur de CONNECTIC  qui a permis RANARISON  Tsilavo en une dizaine de jours de le mettre en prison à la maison d’arrêt d’Antanimora avant son départ en France.