Les virements internationaux servent à payer les achats de CONNECTIC

Les virements envoyés par CONNECTIC à EMERGENT le société unipersonnelle française de Solo servent les achats effectués par CONNECTIC à l’étranger facturés à EMERGENT. C’est RANARISON Tsilavo directeur exécutif de CONNECTIC qui a établi les trois premiers bons de commande à WESTCON Africa – COMSTOR et les trois premiers virements internationaux de CONNECTIC vers EMERGENT qui ont necessité trois factures de EMERGENT établies par RANARISON TSILAVO lui-même.les-virements-envoyes-par-connectic-a-emergent-servent-a-payer-les-achats-effectues-par-connectic-a-l
Dans sa plainte avec demande d’arrestation du 20 juillet 2015, M. RANARISON Tsilavo affirme : « Que la société EMERGENT a émis de nombreuses factures fictives à la société CONNECTIC, lesquelles ont été payées par la société CONNECTIC par virements internationaux, sous ordre de sieur Solo en sa qualité de Gérant de la société CONNECTIC ; »
Contrairement aux affirmations de Tsilavo, voici nos explications et nos preuves.
Dans sa plainte, RANARISON Tsilavo évoque trois virements envoyés à EMERGENT avec des factures fictives au mois de mars 2009, d’un montant global de $130.485 soit l’équivalent de 253.984.143 Ariary.:
• Virement du 11/03/3009 de BNI d’un montant de $37.245 (72.695.163 Ariary),
• Virement du 11/03/2009 de BOA d’un montant de $66740 (130.276.480 Ariary),
• Virement du 17/03/2009 de BOA d’un montant de $26.500 (51.012.500 Ariary)
Ce sont les trois premiers virements envoyés par la société CONNECTIC à EMERGENT.
WESTCON est le revendeur agréé de l’équipementier CISCO. Il ne peut pas vendre de matériel sans l’accord du fabricant CISCO.
CONNECTIC doit livrer impérativement avant le 30 mars (Dossier 2 – Preuve 1) à la BMOI des équipements réseau de marque CISCO d’un montant de $121.434,81 achetés à la société WESTCON. Le bon de commande initial établi par CONNECTIC a pour adresse de facturation CONNECTIC à Madagascar.
Devant le refus de WESTCON de livrer les équipements CISCO sans un règlement intégral et une demande de délai supplémentaire car les produits réseau CISCO sont soumis à des autorisation pour export hors UE, il a été décidé d’un commun accord que les équipements seront facturés à EMERGENT et payés par EMERGENT.
Les virements envoyés par CONNECTIC, d’un montant de $130.485,00 , ont donc servi à payer les achats facturés par WESTCON à EMERGENT , d’un montant de $121.434,81.
Les factures ayant servi aux virements ont été toutes établies par RANARISON Tsilavo et/ou RAHARISON Gisèle comme les montrent les différentes preuves.
Ce sont bien des matériels et des logiciels de marque CISCO qui ont été vendus à EMERGENT alors que l’attestation de CISCO affirme le contraire. A titre d’exemple, Page 2 de la facture I129489 du 6 avril 2009, on peut lire CISCO 3845 Advanced IP services, Price : 1245 USD. Ce produit est un logiciel qui est également appelé « IOS » CISCO.les-virements-envoyes-par-connectic-a-emergent-servent-a-payer-les-achats-effectues-par-connectic-a-l
CONCLUSION :
• Tsilavo lui-même est l’auteur de l’envoi de ces 3 virements qui nécessitent 3 factures pour que les virements soient validés par la banque BOA et la banque BNI. Tsilavo est donc l’initiateur des achats en émettant les bons de commande (purchase order) à la société WESTCON. Il a également émis les 3 factures qui a servi de base aux autres factures d’envoi de virement à XXX dont il nie la paternité d’avoir établi un modèle. Les virements ont servi à payer des achats de CONNECTIC qui ont été réceptionnés à Madagascar et vendus à des clients finaux (end user) de Madagascar.
• Les virements ont servi à payer des achats de matériels facturés à EMERGENT qui ont été envoyés à CONNECTIC par l’intermédiaire de son transitaire MIDEX.
• Les 3 factures de EMERGENT nécessaires au dossier de virement ont été établies à Madagascar par Tsilavo et Gisèle. On peut les appeler fausse facture ou facture fictive mais dans tous les cas, la personne qui l’a confectionné ne peut être que RANARISON Tsilavo ou RAHARISON Gisèle. Comme il a été toujours dit dans cette affaire, Solo n’a découvert ces factures que lors de la plainte car la confection des factures ainsi que la comptabilisation des pièces administratives de EMERGENT sont effectuées à Madagascar.
• Les factures établies ont une contrepartie matérialisées par les matériels vendus au client final à Madagascar. Elles ne sont pas donc fictives
• Sans une liaison tripartite WESTCON-EMERGENT-CONNECTIC, le deal entre WESTCON et CONNECTIC ne serait pas finalisé en temps et en heure, une des conditions du client.
• EMERGENT s’est fait livré un Logiciel ou « IOS » de marque CISCO par un distributeur officiel CISCO qu’est la société WESTCON pour une vente à Madagascar, c’est écrit noir sur blanc sur toutes les correspondances. L’attestation produite par Tsilavo contredit la facture émise par un Distributeur officiel de CISCO qui dit que EMERGENT ne peut pas vendre à Madagascar « tsy afaka mivarotra mihintsy » dans le PV d’interrogatoire.
• Ces trois virements sont les trois premiers virements envoyés par CONNECTIC à EMERGENT et on a bien les preuves écrites sans équivoque de la réalité des faits ainsi que de l’objectif des envois de fonds à la société EMERGENT.
LES PREUVES
• Preuve 1 – Bon de commande d’un montant de $121.434,81 au nom de CONNECTIC envoyé à la société WESTCON pour l’achat de matériels CISCO avec l’email ayant pour titre Deal BMOI du 20 février 2009 à 15 :31
• Preuve 2 – Tsilavo dit à WESTCON (M. Faizal BAHEMIA) qu’il est impossible d’établir de LC (lettre de crédit) tant que les marchandises transitent sur Paris. La seule solution est le paiement par la maison mère de CONNECTIC en France : EMERGENT. Une facture au nom de EMERGENT doit être émise au lieu de CONNECTIC, email ayant pour titre SO231274 / Connectic Madagascar / BMOI / Po BC0101 du 4 mars 2009 à 10 :00
• Preuve 3 – Tsilavo écrit à Solo et Gisèle qu’il faut envoyer 121.000 USD à Paris, email ayant pour titre Envoi d’argent en France du 4 mars 2009 10 :39
• Preuve 4 – Dans son rapport quotidien envoyé à Tsilavo et Solo, Gisèle écrit « BNI : virement EMERGENT : 37 245 usd », email ayant pour titre EMERGENT , freedsl du 9 mars 2009 à 15 :28les-virements-envoyes-par-connectic-a-emergent-servent-a-payer-les-achats-effectues-par-connectic-a-l
• Preuve 5 – Chat entre Tsilavo et Solo, Tsilavo dit qu’il va envoyer 122.000 USD à EMERGENT, chat avec Tsilavo RANARISON du 11 mars 2009 à 08 :29
• Preuve 6 – Dans son rapport quotidien envoyé à Tsilavo et Solo, Gisèle écrit
« Préparation des 9 imprimés pour le virement XXXX : 66 740 USD », email ayant pour titre virement EMERGENT, résiliation freedsl du 11 mars 2009 à 15 :32
• Preuve 7 – Solo écrit à la banque d’EMERGENT d’effectuer un virement de 100.000 USD à Westcon, en joignant l’ordre de virement et le facture proforma , email ayant pour titre EMERGENT – Virement 100.000 USD à WestCON du 18 mars 2009 à 09 :24
• Preuve 8 – Dans son rapport quotidien envoyé à Tsilavo et Solo, Gisèle écrit
« Préparation ds 9 imprimés pour le virement transfert de devises 26 500 USD pour EMERGENT », email ayant pour titre virement EMERGENT, résiliation freedsl du 11 mars 2009 à 15:32
• Preuve 9 – Solo écrit à la banque d’EMERGENT d’effectuer un virement de 21.434,81 USD à Westcon,en joignant un ordre de virement et deux factures de WESTCON de 11.201,02 USD , ayant pour titre EMERGENT – Virement de 21.434,81 USD à Westcon Africa

On est entrain de demander à WESTCON AFRICA COMSTOR et à CISCO d’authentifier les factures de la société WESTCON AFRICA COMSTOR.

Cette histoire a valu cinq mois d’emprisonnement à Antanimora, la sinistre maison d’arrêt d’Antananarivo à Solo. Toutes ces preuves ont été déjà montrées . Une plainte déposée le 20 juillet 2015, traitées par le Procureur Général près de la Cour d’Appel lui même le jour suivant pour aboutir à un mandat de dépôt le 29 juillet 2015, on ne peut être que dubitatif.

Comme il a été dit auparavant, le 29 juillet 2015, le troc proposé par RANARISON Tsilavo ancien directeur de CONNECTIC et gérant fondateur de NEXTHOPE est l’abandon de sa plainte pour abus de biens sociaux contre un nouveau protocole d’accord qui abandonne entre autres la plainte pour intrusion de DATALINK dont RAHARISON Gisèle et RAKOTOARISOA Lynah sont les salariés.connectic-ordonnance-25-sept-14-2 connectic-attestastation-blue-line-sur-intrusion-2 et le dénominateur commun de cette affaire est CISCO pub-datalink-midi-11-fev-2013

Le résumé de cette affaire

Une plainte avec demande d’arrestation déposée par Maître Fredon Armand RATOVONDRAJAO, avocat de RANARISON Tsilavo, ancien directeur exécutif de CONNECTIC jusqu’en septembre 2012, gérant fondateur de NEXTHOPE Madagascar depuis novembre 2012, contre son ancien patron Solo, associé à 80 % de CONNECTIC chez le Procureur Général près de la Cour d’Appel (PGCA) d’Antananarivo le 20 juillet 2015, a été transmis par celui-ci à la Police économique le 21 juillet 2015. La police économique a interrogé RANARISON Tsilavo et ses deux témoins, RAHARISON Gisèle et RAKOTOARISOA Lyna ancien salarié de CONNECTIC jusqu’au mois de mai 2012, puis ont travaillé chez DATALINK et travaillent actuellement chez NEXTHOPE Madagascar :

  • RAHARISON Gisèle est le responsable de DATALINK qui a fait une intrusion informatique et écoute téléphonique chez CONNECTIC en octobre 2012,
  • RAKOTOARISOA Lyna est la déléguée du personnel de CONNECTIC en avril 2012 qui a mené une grève sans préavis du jour au lendemain ayant comme revendication pour l’ensemble des salariés l’augmentation de 25 % des rémunérations et l’obtention d’une prime équivalent à 5 mois de salaires. La grève a été jugée illicite par la Direction provinciale du travail.

Solo a été mis en mandat de dépôt à Antanimora le 29 juillet 2015, soit une dizaine de jours après le dépôt de la plainte avec demande d’arrestation malgré toutes les preuves fournies à la police économique, au Substitut et au juge d’instruction. En effet, RANARISON Tsilavo a proposé le marché suivant, un second protocole d’accord avalisé par un « olom-be de la justice » qui abandonne la poursuite pour intrusion contre RAHARISON Gisèle et ANDRIANARIVO Antra, ingénieur greviste chez CONNECTIC et qui comme RAHARISON Gisèle et RAKOTOARISOA Lyna a travaillé chez DATALINK puis maintenant chez NEXTHOPE Madagascar.

Solo a passé près de 5 mois en détention malgré toutes les preuves écrites, les doléances déposées au Ministère de la justice à Madagascar et les évidences que les allégations avancées par RANARISON Tsilavo sont fausses et facilement démontables.

On décidé de médiatiser cette affaire pour qu’elle soit un cas d’école et que justice s’ensuive.

Aller à la barre d’outils