La traduction de l’attestation CISCO du novembre 2013produite par RANARISON Tsilavo de NEXTHOPE Madagascar

On vous démontre comment RANARISON Tsilavo, CEO de NEXTHOPE Madagascar, a manipulé de main de maître les différents composants de la justice  en faisant admettre SA VERSION de la traduction d’une attestation établie par la société CISCO le 26 novembre 2013. Puisqu’en aucun moment dans l’attestation il a été dit que la société EMERGENT n’est pas autorisé de vendre des produits CISCO à Madagascar.  Il a été dit dans l’attestation de CISCO SYSTEMS la mention suivante : « And the above mentionned company is NOT an Authorized Cisco Channel Partner in Madagascar. »

La revente des matériels et produits sont libres et ne sont pas soumis à aucune restriction autant en Europe qu’à Madagascar R

Sincèrement, on peut très bien revendre par exemple une voiture de marque PEUGEOT (un routeur ou un switch ou un datacenter de marque CISCO SYSTEMS) sans qu’on ait une relation commerciale avec la société PEUGEOT (CISCO SYSTEMS) puisqu’on achète un véhicule PEUGEOT (un routeur CISCO) chez un concessionnaire PEUGEOT (revendeur CISCO) et non chez le fabricant PEUGEOT (CISCO SYSTEMS). D’ailleurs le constructeur PEUGEOT (CISCO SYSTEMS)n’a pas le droit de vendre en direct auprès d’un client final.

L’arrêt de la Cour d’Appel d’Antananarivo du 13 mai 2016 est sans équivoque sur cette emprise qu’on doit suivre à tout prix  la thèse de RANARISON Tsilavo gérant fondateur de NEXTHOPE Madagascar : « Or il résulte de la pièce du dossier, côte 236, que la société CISCO a nié l’existence de la société Emergent comme partenaire commercial autorisé à distribuer ses produits. » Donc pour vendre des produits CISCO SYSTEMS à Madagascar, il faut qu’on soit autoriser pour pouvoir vendre des produits CISCO à Madagascar d’après cette assertion.

L’attestation originale produite par la société CISCO du 26 novembre 2013 à la demande de RANARISON Tsilavo gérant fondateur de NEXTHOPE, partenaire CISCO,  est rédigée comme suit R

On  a bien lu dans cette attestation CISCO du 26 novembre 2013 produite par RANARISON Tsilavo, CEO de NEXTHOPE, : « And the above mentionned company is NOT an Authorized Cisco Channel Partner in Madagascar. » qui a été traduit comme suit par des traducteurs assermentés près de la Cour d’Appel d’Antananarivo ou d’Orléans (France) en

  • « Et que la compagnie mentionnée sus-dessus n’est pas un Partenaire Autorisé de Cisco Channel Partner à Madagascar »
  • ou « Et que la compagnie mentionnée sus-dessus n’est pas un Partenaire Autorisé de Cisco Channel Partner à Madagascar »

 

Cette attestation est traduite comme suit Par RAZAFIMAHARO Henriette, Traductrice Assermentée près des Cours et Tribunaux de Madagascar R

La traduction de « And the above mentionned company is NOT an Authorized Cisco Channel Partner in Madagascar. » par RAZAFIMAHARO Henriette traductrice assermentée près des Cours et Tribunaux de Madagascar est la suivante : « Et que la compagnie mentionnée sus-dessus n’est pas un Partenaire Autorisé de Cisco Channel Partner à Madagascar ».

En aucun moment, on n’évoque pas le fait que la société EMERGENT n’a pas le vendre de produits CISCO à Madagascar

Cette même attestation est traduite par Christine GOURION Traductrice assermentée, Official Translator, Cour d’Appel d’Orléans R

La traduction de « And the above mentionned company is NOT an Authorized Cisco Channel Partner in Madagascar. » par Christine GOURON   traductrice assermentée, Official translator, Cour d’appel d’Orléans  est la suivante : « Et que la compagnie mentionnée sus-dessus n’est pas un Partenaire Autorisé de Cisco Channel Partner à Madagasca ».

En aucun moment, on n’évoque pas également le fait que la société EMERGENT n’a pas le vendre de produits CISCO à Madagascar

L’extrait de l’arrêt de la Cour d’appel d’Antananarivo dit que « la société CISCO a nié l’existence de la société EMERGENT comme partenaire commercial autorisé à distribuer des produits ». R

 

L’arrêt 500 de la Cour d’appel d’Antananarivo  en question R

Cet arrêt de la Cour d’appel reprend les affirmations de RANARISON Tsilavo dans sa plainte du 20 juillet 2015 R

Et toute la procédure pénale suit cette ligne directrice définie par RANARISON Tsilavo car il n’y a qu’une seule attestation CISCO dans le dossier

Le dossier 8 de la plainte avec demande d’arrestation de Solo concerne l’attestation de CISCO R

Pour aller plus :
RANARISON Tsilavo lui-même reconnaît lui-même dans son email du 24 avril 2012 que Solo  a envoyé des équipements pour $1.361.121,68 et 297.032,93  Euros à CONNECTIC
EMERGENT a acheté des matériels CISCO chez WESTCON AFRICA COMSTOR pour le compte de CONNECTIC

Un petit montage à diffuser pour montrer qu’à Madagascar on peut nier l’évidence pour escroquer R

RANARISON Tsilavo impose aux magistrats de la Cour D’Appel d’Antananarivo sa traduction de l’attestation CISCO

L’attestation ne dit pas que EMERGENT n’est pas autoriser à revendre des produits CISCO mais dit seulement que EMERGENT n’est pas un partenaire CISCO R

Aller à la barre d’outils