La mise à mort de CONNECTIC – Acte 1 – Création de DATALINK et de NEXTHOPE

    0
    403

    Au mois  de juin 2012, Tsilavo RANARISON a décidé de mettre fin à sa collaboration avec  Solo XXXX et a exigé la dissolution de CONNECTIC.
    Après avoir fait les comptes, en y incluant les achats effectués par Emergent, la société française de Solo  en faveur de CONNECTIC, Solo XXXX a payé la somme de 143 MMGA en faveur du sieur Tsilavo R. représentant le solde de tout compte entre les deux anciens associés. Le volet juridique de cette opération a été confié au cabinet MCI au travers d’un protocole d’accord daté du 13/09/2012.
    Il a déclaré dans le protocole n’avoir été motivé pour la dissolution afin de promouvoir une autre société de même objet social.
    Au mois de novembre 2012, il a été nommé gérant de la société NEXTHOPE, de même objet social, dont il a publiquement confirmé avoir été le fondateur lors des journées INSCAE en 2014.
    Pour mémoire, STÉ FRANÇAISE DE SOLO est une société de droit français dont l’unique associé est Solo XXXX. La société a été créé en 2009 pour être une plateforme d’achats (notamment en ligne) de CONNECTIC. Elle servait aussi à contourner les contraintes juridiques  liées aux exportations de produit high tech vers des pays comme Madagascar. Sieur Tsilavo a participé activement à la création de cette société. La comptabilité d’Emergent est confiée à CONNECTIC.
    La dissolution n’a pu être menée à son terme. En effet, Il a été constaté, au mois d’octobre 2012,  par un expert indépendant que le serveur de CONNECTIC a fait l’objet de 73 intrusions informatiques. L’opérateur BLUELINE, suite à la réquisition policière, a identifié une des adresses IP au moyen duquel les intrusions ont été effectuées. Il s’agit de DATALINK (objet social identique à celui de CONNECTIC) dont la représentante est une ancienne de CONNECTIC (RAHARISON Gisèle). En dépit de preuve, CONNECTIC a été débouté de ses actions en première instance et en appel. L’affaire est actuellement en cassation.