Les preuves que RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE a menti lors de l’enquête policière du 22 juillet 2015

Contenu du chapitre
  1. Le procès verbal du 22 juillet 2015 de la police économique d’Antananarivo qui fait suite à la plainte avec demande d’arrestation de RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE
  2. D’après RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE : « En septembre 2012, j’ai reçu la confirmation que la société EMERGENT NETWORK SYSTEMS basée en France appartient exclusivement à Solo » alors que c’est lui-même qui a corrigé la dénomination de la société en février 2009
  3. Dans un email daté du 4 mars 2009, RANARISON CEO NEXTHOPE dit qu’on paie WESTCON depuis EMERGENT NETWORK, la maison mère de CONNECTIC
  4. D’après RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE , « les comptes de la société sont au rouge en septembre 2011 », malheureusement pour lui les preuves écrites sont têtues, les comptes bancaires de CONNECTIC en septembre 2011 sont toujours positifs depuis la création de CONNECTIC
  5.  C’est seulement en septembre 2012, sur l’indication des employés licenciés de CONNECTIC, que RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE se rend compte des mouvements douteux de transferts de fonds de CONNECTIC à la société française EMERGENT
  6. Les salariés licenciés sont des  grevistes sans préavis qui travaillent maintenant pour une partie chez NEXTHOPE dont  RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE est le gérant fondateur en novembre 2012
  7. MADAGASCAR Grève à la société CONNECTIC Avril 2012 publié par infos3 CONNECTIC madagascar_greve_a_la_societe_connectic_avril_2012 les meneurs sont chez NEXTHOPE  RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE ne peut pas ne pas savoir les virements de CONNECTIC vers EMERGENT car il est le seul (et l’unique signataire) de tous les comptes bancaires de la société CONNECTIC et les rapports quotidiens générés par l’intranet lui rappellent ce qu’il a signé dans la journée
  8. RANARISON Tsilavo le 25 avril 2012 reconnait que la société EMERGENT a envoyé  des équipements à Madagascar en contre partie des ordres de virement tous signés par RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE
  9. En février 2012, la société française EMERGENT a fait l’objet d’un contrôle fiscal qui s’est soldé par une absence de redressement. L’administration fiscale a exigé au transitaire MIDEX les bordereaux EX1 visés par la douane française pour 2009, 2010 et 2011.
  10. Le Récapitulatif des envois EX1 de la douane française établi par le transitaire MIDEX et produit lors du contrôle fiscal de la société EMERGENT en mars 2013
  11. Le dossier complet de la douane française avec les 76 bordereaux EX1 d’exportation pour 2009, 2010 et 2011 dûment visés par le poste frontière à Orly.
  12. RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE déclare : « Selon son courrier du 26 novembre 2013, CISCO SYSTEMS  declare ignorer non seulement de l’existence de EMERGENT mais en outre elle n’a jamais autorisé EMERGENT à vendre leurs produits et logiciels à Madagascar »
  13. L’arrêt de la Cour d’appel est éloquent : « or, il résulte de la pièce du dossier, cote 236, que la société CISCO a nié l’existence de la société EMERGENT NETWORK comme partenaire commercial autorisé à distribuéses produits. Qu’ainsi , les facture établies par la société EMERGENT NETWORK sur la base des produits CISCO sont réputées fausses »
  14. Après un jugement du tribunal correctionnel du 15 décembre 2015, l’arrêt de la Cour d’appel d’Antananarivo du 13 mai 2016 ne correspond pas à la réalité car des livraisons de produits CISCO ont été effectués par la société française EMERGENT à CONNECTIC Madagascar comme l’a dit RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE lui-même le 25 avril 2012
  15. Les factures de WESTCON à EMERGENT en 2009 vendant des produits CISCO à envoyer chez EMERGENT à Madagascar
  16. Les factures de WESTCON à EMERGENT en 2010 vendant des produits CISCO à envoyer chez EMERGENT à Madagascar
  17. Les factures de WESTCON à EMERGENT en 2011 vendant des produits CISCO à envoyer chez CONNECTIC à Madagascar
  18. RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE affirme qu’en 2012, le commissaire aux comptes de la société a refusé la certification des comptes en raison des anomalies et de détournements notoires des fonds de la société
  19. D’après RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE les factures utilisées pour payer et virer les fonds sur les comptes de EMERGENT sont fausses et qu’il s’agit d’une manoeuvre dolosive destinée à tranférer les fonds appartenant à CONNECTIC vers Solo propriétaire de la société EMERGENT

La version complète de la déposition de RANARISON Tsilavo auprès de la police qui va confirmer  sa plainte avec demande d’arrestation déposée le 20 juillet 2015.  On va illustrer par des preuves que la plainte déposé par RANARISON Tsilavo n’a aucune base juridique et que toutes ses allégations sont toutes imaginaires et non fondées. Pour éviter une éventuelle plainte en diffamation, on va illustrer chacune de ses allégations par des preuves que tout à chacun peut télécharger . Les preuves ne seront ainsi qu’être imprimées au temps voulu car l’offre de preuve de la vérité des faits est déjà sur le site.

Notre but est d’illustrer que la déposition de RANARISON Tsilavo est basée sur des mensonges et qu’avec des mensonges on peut être spolié à Madagascar.

Le procès verbal du 22 juillet 2015 de la police économique d’Antananarivo qui fait suite à la plainte avec demande d’arrestation de RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE R

On va d’abord présenter le PV en entier avec la traduction en langue française par un traducteur assermenté qui va servir de base aux différents commentaires, pour éviter qu’on puisse déterminer le contexte de ce qui a été déclaré. Les attestations bancaires sont claires, RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE est le seul (et l’unique) signataire des comptes bancaires  de la société CONNECTIC et TOUS les ordres de virements sont signés de sa main. De plus, chaque

 

D’après RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE : « En septembre 2012, j’ai reçu la confirmation que la société EMERGENT NETWORK SYSTEMS basée en France appartient exclusivement à Solo » alors que c’est lui-même qui a corrigé la dénomination de la société en février 2009 R

 

C’est tout faux

 

  • Il a participé à la création de la société EMERGENT au mois de février 2009 à l’inscription de  la société EMERGENT au registre du commerce et de société d’EVRY. EVRY-COURCOURONNES est le domicile de Mr Solo, lieu du siège social de la société EMERGENT
  • il a choisi le nom de la société ainsi que le logo à employer par EMERGENT
  • il a bien reçu le RCS d’EMERGENT qui stipule que la société est une EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limité) dont le gérant et forcément l’unique associé ne peut être que Solo
  • il a préconisé ce système d’envoi de fonds à l’étranger via une société basée en France dont EMERGENT
  • l’adresse d’EMERGENT est l’adresse du domicile de sieur Solo en France
  • le décompte final établi par  le financier de CONNECTIC  lorsque les deux associés ont décidé de se séparer en 2012 intègre tous les achats effectués par EMERGENT et livrés à CONNECTIC
  • la comptabilité d’EMERGENT est assurée par CONNECTIC à Madagascar

Dans ce chat du 5 février 2009 à 09:00 entre Solo et RANARISON Tsilavo
moi : Sarl Emergent Network systems & services
Tsilavo: Aza atao lava be fa manahirana ny mameno champ ao Gescom
Tsilavo : Esory ny Services ohatra
moi : Emergent Network systems
OK

RANARISON Tsilavo raccourcit lui-même la dénomination sociale de la société Emergent Network systems & services en faisant enlever le mot services et il prétend après que c’est seulement en septembre 2012 qu’il a connaissance que la société EMERGENT NETWORK SYSTEMS appartient exclusivement à Solo.

Dans un email daté du 4 mars 2009, RANARISON CEO NEXTHOPE dit qu’on paie WESTCON depuis EMERGENT NETWORK, la maison mère de CONNECTIC R

« Aussi, on vous propose la seule solution possible.
On vous paie depuis notre maison mère en France : EMERGENT NETWORK SYSTEMS suivant le planning suivant :
– 50 000 USD par avance cette semaine, et
– Le solde 71 000 USD dans deux semaines (avant votre shipment).
Par contre, vous devriez émettre une facture au nom de EMERGENT NETWORK SYSTEMS au lieu de ConnecTIC.
Au niveau de Cisco, ConnecTIC reste le partenaire vendeur
  »
Email du 4 mars 2009 de RANARISON Tsilavo à la société WESTCON Africa, 
On a bien lu, « Au niveau de Cisco, ConnecTIC reste le partenaire vendeur ».

D’après RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE , « les comptes de la société sont au rouge en septembre 2011 », malheureusement pour lui les preuves écrites sont têtues, les comptes bancaires de CONNECTIC en septembre 2011 sont toujours positifs depuis la création de CONNECTIC R

En appui des relevés bancaires reproduits in-extenso, il est produit également les journaux de banque journaliers de la société CONNECTIC pour le mois de septembre 2011. RANARISON Tsilavo est l’un des destinataires de cet e-mail généré automatiquement par l’intranet. Il ne peut pas donc dire qu’il n’est pas au courant des mouvements de trésorerie de la société CONNECTIC.

On va voir plus tard sa parade :  » on lui a forcé à signer des ordres de virement à blanc ». Non seulement c’est faux mais il ne peut pas ignorer les journaux de banque envoyés quotidiennement par l’intranet de la société CONNECTIC qui relate ce qui s’est passé dans la société.


« Nous avons ouvert des comptes dans trois banques différentes, à savoir BNI, BMOI et BOA. Lorsqu’en septembre 2011, j’ai requis le compte associé et relevé des anomalies concernant les comptes de la société qui sont au rouge. Mr Solo m’a retorqué qu’il n’ya pas de dividendes à me verser. »
Traduction de la déclaration de RANARISON Tsilavo chez les policiers le 22 juillet 2015

« Ny septembre 2011 dia nangataka compte associé aho, ary teo no nahatsikaritra fa tsy normale fa tsy nisy vola mihintsy ny orinasa ary nolazain’i Solo aho fa tsy misy vola tombony (dividendes) ho zaraina amiko. »

 

 

Les comptes bancaires de la société CONNECTIC au 30 septembre 2011 ainsi que les journaux des différentes banque de CONNECTIC pendant le mois de septembre 2011. RANARISON Tsilavo affirme et la police économique malgache ne prend pas la peine de faire des recoupements.

 C’est seulement en septembre 2012, sur l’indication des employés licenciés de CONNECTIC, que RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE se rend compte des mouvements douteux de transferts de fonds de CONNECTIC à la société française EMERGENT R

« En septembre 20 12, J’ai eu confirmation que la société EMERGENT NETWORK SYSTEMS basée en France appartient exclusivement a Solo Andriambololonivo . Constat confirmé, à ma demande, par les employés licenciés  de  l ‘entreprise    qui  ont  relevé  des  mouvements  douteux  de transfert de fonds qu’ils ont effectués sur ordre de Solo. Les banques BNI et BMOI ont par  la suite reconnu  l’existence de ces faits à travers  la délivrance   d’attestation   de  sorties  de  ces  fonds  dont   les  documents détaillés   vous   sont   remis   par   mes   soins.  Concernant    la       société EMERGENT  NETWORK  SYSTEM,  les  preuves  entre  mes  mains ont permis de  déceler les modalités de virement des fonds  vers les comptes de EMERGENT : des factures faisant part de la vente de licence de logiciels CISCO SYSTEMS  sont établies au nom de  EMERGENT et envoyées a CONNECTIC Madagascar. interrogé par voie épistolaire, CISCO SYSTEMS déclare ignorer non seulement l’existence de EMERGENT mais en outre elle n ‘a jamais autorisé EMERGENT a vendre leurs produits et logiciels à Madagascar selon son courrier du 26 novembre 2013. Il est par conséquent prouvé que toutes les factures utilisées pour payer et virer les fonds sur les comptes de EMERGENT s’avèrent fausses.Il est clairement établi qu’il s’agit d’une manœuvre dolosive destinée à transférer les fonds appartenant à CONNECTIC vers Solo Andriambololonivo, propriétaire  de la société EMERGENT.
Le total des transferts effectués, constatés  et connus jusqu’au  mois de septembre 20 12 s’élève a 3.663.933.595,79 Ariary. »
Déclaration de RANARISON Tsilavo à la police économique le 22 juillet 2015

Les salariés licenciés sont des  grevistes sans préavis qui travaillent maintenant pour une partie chez NEXTHOPE dont  RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE est le gérant fondateur en novembre 2012 R

 RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE ne peut pas ne pas savoir les virements de CONNECTIC vers EMERGENT car il est le seul (et l’unique signataire) de tous les comptes bancaires de la société CONNECTIC et les rapports quotidiens générés par l’intranet lui rappellent ce qu’il a signé dans la journée R

RANARISON Tsilavo ne peut pas donc ignorer les ordres de virement de CONNECTIC vers la société EMERGENT qu’il a tous signés sans exception. Une sommation interpellative auprès des Responsables administratifs et financiers de CONNECTIC lorsque RANARISON Tsilavo était directeur exécutif de CONNECTIC  effectuée par un huissier de justice le 13 novembre 2015 confirme que les ordres de virements ont été signés et remplis par celui-ci. Les preuves sont têtues !

Un ordre de virement à l’étranger doit être accompagné d’une facture et doit être signé par le titulaire des comptes.

 

RANARISON Tsilavo le 25 avril 2012 reconnait que la société EMERGENT a envoyé  des équipements à Madagascar en contre partie des ordres de virement tous signés par RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE R

Cet email a été authentifié par un huissier tant en France qu’à Madagascar.

 

En février 2012, la société française EMERGENT a fait l’objet d’un contrôle fiscal qui s’est soldé par une absence de redressement. L’administration fiscale a exigé au transitaire MIDEX les bordereaux EX1 visés par la douane française pour 2009, 2010 et 2011. R

Ce contrôle fiscal des périodes fiscaux  2010 et 2011 s’est soldé par une absence de redressement après un passage auprès de la Commission Départementale des Impôts (CDI) de l’Essonne. Le service des impôts en France a bien constaté que les virements reçus de Madagascar ont été bien employés par la société EMERGENT pour payer ses différents fournisseurs dont la société WESTCON Africa.

Pendant ce contrôle fiscal, la société EMERGENT a montré la liaison tripartite entre CONNECTIC , EMERGENT et WESTCON pour démontrer que la société EMERGENT a bien renvoyé à Madagascar les produits qu’elle a acheté chez WESTCON Africa avec les déclarations douanières EX1 à l’appui pour les périodes 2009, 2010 et 2011.

 

Le Récapitulatif des envois EX1 de la douane française établi par le transitaire MIDEX et produit lors du contrôle fiscal de la société EMERGENT en mars 2013 R

Suite au contrôle fiscal de la société EMERGENT en février 2012, le transitaire MIDEX a établi le récapitulatif des envois de la société française EMERGENT vers la société CONNECTIC à Madagascar  qui va permettre de faire un rapprochement entre ce récapitulatif et les bordereaux EX1 qui attestent de l’exportation des marchandises en dehors des fronrières françaises.

 

Le dossier complet de la douane française avec les 76 bordereaux EX1 d’exportation pour 2009, 2010 et 2011 dûment visés par le poste frontière à Orly. R

RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE déclare : « Selon son courrier du 26 novembre 2013, CISCO SYSTEMS  declare ignorer non seulement de l’existence de EMERGENT mais en outre elle n’a jamais autorisé EMERGENT à vendre leurs produits et logiciels à Madagascar » R

Le 4 Mars 2009, RANARISON Tsilavo dit lui même au grossiste des produits CISCO SYSTEMS ,

On vous paie depuis notre maison mère en France : EMERGENT NETWORK SYSTEMS
Par contre, vous devriez émettre une facture au nom de EMERGENT NETWORK SYSTEMS au lieu de ConnecTIC.
Au niveau de CISCO, ConnectIC reste le partenaire vendeur
E-mail de RANARISON Tsilavo du 4 mars 2009 à 12:00

On  a bien lu, ce que RANARISON Tsilavo a écrit : « Au niveau de CISCO, ConnecTIC reste le partenaire vendeur ». Il est donc normal que l’équipementier CISCO SYSTEMS n’a aucune connaissance de l’existence de la société française EMERGENT NETWORK .

 

L’arrêt de la Cour d’appel est éloquent : « or, il résulte de la pièce du dossier, cote 236, que la société CISCO a nié l’existence de la société EMERGENT NETWORK comme partenaire commercial autorisé à distribuéses produits. Qu’ainsi , les facture établies par la société EMERGENT NETWORK sur la base des produits CISCO sont réputées fausses » R

Après un jugement du tribunal correctionnel du 15 décembre 2015, l’arrêt de la Cour d’appel d’Antananarivo du 13 mai 2016 ne correspond pas à la réalité car des livraisons de produits CISCO ont été effectués par la société française EMERGENT à CONNECTIC Madagascar comme l’a dit RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE lui-même le 25 avril 2012 R

 

Les factures de WESTCON à EMERGENT en 2009 vendant des produits CISCO à envoyer chez EMERGENT à Madagascar R

 

Les factures de WESTCON à EMERGENT en 2010 vendant des produits CISCO à envoyer chez EMERGENT à Madagascar R

Les factures de WESTCON à EMERGENT en 2011 vendant des produits CISCO à envoyer chez CONNECTIC à Madagascar R

 

RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE affirme qu’en 2012, le commissaire aux comptes de la société a refusé la certification des comptes en raison des anomalies et de détournements notoires des fonds de la société R

Bien sûr que RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE a encore menti puisque le rapport du Cabinet RAZANANIRINA, commissaire aux comptes de la société CONNECTIC n’a fait qu’une réserve sur les mouvements des comptes courants dans ce rapport

Le rapport complet du commissaire aux comptes pour l’exercice 2011, présenté en 2012.

D’après RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE les factures utilisées pour payer et virer les fonds sur les comptes de EMERGENT sont fausses et qu’il s’agit d’une manoeuvre dolosive destinée à tranférer les fonds appartenant à CONNECTIC vers Solo propriétaire de la société EMERGENT R

 

 

Aller à la barre d’outils