La revente des produits CISCO est libre à Madagascar

La vente ou la location des matériels Cisco est libre contrairement à l’affirmation de RANARISON Tsilavo et de la Cour d’appel d’Antananarivo

Pour condamner Solo à 2 ans d'emprisonnement avec sursis et 1.500.000.000 ariary d'intérêts civils à régler personnellemnt à RANARISON Tsilavo, directeur exécutif de CONNECTIC...

Le 22 juillet 2015 devant les policiers malgaches RANARISON Tsilavo NEXTHOPE dit que EMERGENT n’a pas le droit de vendre des produits CISCO...

RANARISON Tsilavo CEO NEXTHOPE ose affirmer devant les policiers malgaches pour confirmer sa plainte gérée directement par le procureur général, au lieu du procureur...

Pas la peine d’être revendeur agréé pour vendre des produits CISCO

NEXTHOPE, DATALINK et CONNECTIC ont un point commun : ont été et est encore partenaire CISCO . La base de l'accusation de RANARISON Tsilavo...

La première supposée fausse facture d’IOS (licence ou logiciel CISCO) est établie par RANARISON Tsilavo

RANARISON Tsilavo directeur exécutif de  la société CONNECTIC jusqu'au mois de septembre 2012 s'occupe de la gestion globale de la société CONNECTIC à Madagascar puisque son associé et également patron, Solo, ne passe à Madagascar qu'une semaine environ toutes les six semaines. Toutes les communications dans l'entreprise CONNECTIC se font par messagerie gmail et par intranet : on a les traces écrites de tout ce qui est avancé.

EMERGENT a acheté des matériels CISCO chez WESTCON AFRICA COMSTOR pour le compte de CONNECTIC

Cisco est un équipement mondialement connu qui a comme distributeur Westcon, dans notre cas Westcon Africa ou COMSTOR. On peut acheter un produit de marque...

Latest news

- Advertisement -

Must read

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you

Quel recours a-t-on lorsque les pièces déposées par le plaignant sont du faux intellectuel ?

Dans sa plainte adressée au Procureur Général de la Cour d'Appel, l'avocat de RANARISON Tsilavo Tsiriniaina , Maître Fredon Armand RATOVONDRAJAO, s'est basé sur un rapport de commissaire aux comptes qui s'avère être un faux intellectuel puisque les propos évoqués ne se trouvent pas dans la rapport du commissaire aux comptes qui a été lu avant l'approbation des comptes 2011 lors de l'assemblée générale des associés du 21 juin 2012.