Comment RANARISON Tsilavo fondateur de NEXTHOPE a réussi à mettre en prison son ancien patron Solo de CONNECTIC avec une plainte pour ABS pourqu’il abandonne une plainte pour intrusion informatique et surtout essayer de spolier Solo

Avoir des salariés, RAHARISON Gisèle et ANDRIANARIVO Antra, envoyés au tribunal correctionnel d’Antananarivo par le doyen des juges d’instruction (DDJ) pour intrusion informatique pour une entreprise qui gère des déploiements d’infrastructure réseau ça fait désordre pour RANARISON Tsilavo ancien directeur exécutif de CONNECTIC jusqu’en septembre 2012, gérant fondateur de NEXTHOPE depuis novembre 2012 .

Pour aller plus loin :
– Intrusion informatique à Madagascar : le plaignant se retrouve en prison pendant 5 mois et l’avocat général défend les prévenus,
– RAKOTOARISOA Lyna, meneur de grève sans préavis et déléguée de personnel chez CONNECTIC
– RANARISON Tsilavo de NEXTHOPE accuse Solo d’abus de biens sociaux alors que RANARISON a accusé lui même réception des produits envoyés par Solo

C’est pour cela qu’il a déposé une plainte avec demande d’arrestation pour abus de biens sociaux (ABS) contre son ancien associé et patron, Solo auprès du Procureur général près de la cour d’appel (PGCA) d’Antananarivo le 20 juillet 2015 dans l’espoir que Solo va abandonner sa plainte pour intrusion informatique. Le mercredi 29 juillet 2015 au matin, RANARISON Tsilavo a bien proposé le troc d’abandon de la plainte pour intrusion informatique de CONNECTIC effectués par RAHARISON Gisèle et ANDRIANARIVO ANtra contre l’abandon de la plainte pour abus des biens sociaux de RANARISON Tsilavo dans le couloir du parquet d’Anosy avant l’incarcération  pour 5 mois à Antanimora de Solo.

La plainte a été déposée par Maître Fredon Armand RATOVONDRAJAO, avocat candidat à la fonction de bâtonnier de l’ordre des avocats de Madagascar en mars 2017, pour dire que c’est une sommité de connaissance et de réseau à la Cour d’Appel d’Antananarivo et qui doit connaître les règles normales de dépôt de plainte.

Le Procureur général près de la cour d’appel (PGCA) d’Antananarivo s’est occupé personnellement en une journée, le 21 juillet 2015, de la plainte comme s’il n’a qu’à s’occuper d’une plainte pour abus de biens sociaux auprès de la Cour d’appel d’Antananarivo. D’autant plus que le traitement d’une plainte est dévolu au Procureur de la République et non au Procureur général près de la Cour d’appel.

La plainte avec demande d’arrestation est datée du lundi 20 juillet 2015, a été réceptionnée par le cabinet du Procureur général près de la cour d’appel le 21 juillet 2015 et a été transmise de suite au directeur de la police économique, qui a fait un bon de réception le 22 juillet 2015. Cette célérité du Procureur général près de la Cour d’appel d’Antananarivo est considérée comme suspecte dès le début de l’affaire par tous les habitués de la Cour d’Appel d’Antananarivo.

Un Procureur Général ne doit JAMAIS établir  un « SOIT-TRANSMIS » au Directeur de la police économique mais au Procureur de la République. (La Cour Suprême le mentionne dans son pourvoi dans l’intérêt de la loi – PIL-) du 20 septembre 2015).

Solo  a été mis en mandat de dépôt le 29 juillet 2015 à 20 heures, le jour de son départ en France.  Il ne peut que refuser le troc  d’abandon de la plainte pour intrusion informatique et écoute téléphonique effectuée par la société DATALINK dont la plupart des salariés sont des anciens grévistes de CONNECTIC  (RAHARISON Gisèle et ANDRIANARIVO Antra entre autres) qui sont maintenant chez NEXTHOPE, le spécialiste du cloud à Madagascar. Faire du cloud et de l’applicatif, nerfs de la gestion d’une entreprise en ayant un passé de salariés pris entrain d’effectuer de l’écoute téléphonique, ça ne fait pas sérieux.

Après 5 mois de détention à Antanimora ,  Solo a été condamné le 15 décembre 2015 à 2 ans de prison avec sursis et à payer 1.500.000.000 Ariary (oui c’est bien : un milliard 500 millions d’Ariary) de dommages et intérêts à RANARISON Tsilavo pour un supposé envoi de virements internationaux SANS CONTRE PARTIE qui s’élèvent à 3.663.933.565,79 Ariary (équivalent de $480.488  et 958.941 euros avant conversion) , sachant que RANARISON Tsilavo ne détient que 20 % de participation dans CONNECTIC.

La chaîne pénale de la Cour d’Appel d’Antananarivo a encore frappé fort en attribuant les dommages et intérêts à la partie civile qu’est RANARISON Tsilavo alors que en temps normal les dommages et intérêts sont dévolus à la société.

Alors qu’il sait très bien que ces virements ont servi à régler les achats effectués par CONNECTIC en France Son email daté du 25 avril 2012 est sans équivoque et le tableau récapitulatif est un fichier attaché de cet email du 25 avril 2012. Cet email a été authentifié par des huissiers tant en France qu’à Madagascar. La note manuscrite est le plumitif du procès du 15 décembre 2015 et concerne  la déclaration de RANARISON à propos des virements internationaux.

Le comble dans cette affaire d’escroquerie de bas étage est que c’est RANARISON Tsilavo lui même qui a imaginé le circuit d’envoi des virements internationaux en 2009, en pleine période de crise à Madagascar, dans un email daté plus exactement du 4 mars 2009.

 

Et qu’il est le SEUL signataire des comptes bancaires de CONNECTIC. Il n’y a que RANARISON Tsilavo qui peut signer les ordres de virement .

Et que RANARISON Tsilavo déclare lui-même urbi-orbi qu’il va établir une facture d’EMERGENT pour CONNECTIC d’une valeur de 20 000 € ayant comme libellé IOS, le fameux logiciel de CISCO dans son email du 3 mars 2009.

RANARISON Tsilavo dit qu’il va établir de suite une facture EMERGENT de IOS pour permettre à CONNECTIC d’effectuer des virements internationaux

Car RANARISON Tsilavo a passé le cynisme jusqu’à demander une attestation chez son contact Alen VENKATASAMI de CISCO SYSTEMS pour obtenir une attestation.

Pour aller plus loin : NEXTHOPE Madagascar, la société dont RANARISON Tsilavo est gérant fondateur ne peut pas être CISCO Channel partner

Sans broncher, lors du procès du 8 décembre 2015, Solo a dit devant le tribunal et consigner dans le plumitif  Teny faran’i P « Amiko dia Trophée ny nidirako amponja », POUR MOI C’EST UN TROPHEE D’ETRE EMPRISONNE. On ne peut pas être clair !

Et pour la prospérité, c’est re-transcris dans le plumitif : « AMIKO DIA ATAOKO TROPHEE NY NIDIRAKO AMPONJA »

Heureusement que la Cour Suprême de Madagascar a formé un pourvoi dans l’intérêt de la loi (PIL) pour ce dossier hors normes qui montre que Solo est totalement innocent .

NEXTHOPE, DATALINK, CONNECTIC des sociétés qui ont besoin de CISCO pour survivre et qui se fournissent tous chez un même distributeur WESTCON AFRICA COMSTOR à l’île Maurice et par un hasard malheureux CISCO est également géré à l’île Maurice.

NEXTHOPE Madagascar est l’entreprise créée par RANARISON Tsilavo ancien directeur exécutif de CONNECTIC en novembre 2012. Comme Solo son ancien patron chez CONNECTIC, il ne peut pas être partenaire CISCO car CISCO a émis un avis de ICPA Termination en novembre 2012. Comment se fait il donc que la société NEXTHOPE dont RANARISON Tsilavo se targue d’être le gérant fondateur est devenu en novembre 2012 partenaire CISCO alors qu’en novembre 2012 la société CONNECTIC a perdu ce statut par la grâce de ce ICPA Termination de CISCO ?
Sans ce statut de CISCO partenaire, CONNECTIC ne peut que perdre la plupart des contrats qui le lie aux entreprises malgaches dont  Orange Madagascar que bien sûr NEXTHOPE a récupéré depuis. Bizarre quand même que ce ICPA Termination de CISCO est parti d’une lettre de demande d’explication d’OMA (Orange Madagascar) à qui CONNECTIC a installé toutes les infrastructures MPLS jusqu’en novembre 2012.

Pour aller plus loin :
– 766 932,00 € d’envois en 2010 appuyés par des pièces officielles françaises EX1 envoyés par EMERGENT à CONNECTIC
La conversion en Ariary des montant en devises dans le dossier d’ABS de RANARISON Tsilavo contre Solo

 

DATALINK a fait des intrusions informatiques et une écoute téléphonique permanente chez CONNECTIC R

En octobre 2012, la société CONNECTIC a fait l’objet de plusieurs intrusions informatiques ainsi que d’une écouté téléphonique permanente. L’adresse IP appartient à la société DATALINK d’après l’attestation du fournisseur d’accès internet BLUE LINE et le contact, d’après l’attestation du FAI BLUE LINE, est RAHARISON Gisèle ancien cadre gréviste de CONNECTIC qui est maintenant chez NEXTHOPE.

Points communs des témoins de RANARISON Tsilavo : CISCO, CONNECTIC, DATALINK, NEXTHOPE R

Dans sa plainte avec demande d’arrestation du 20 juillet 2015 qui a valu un séjour de cinq mois à la prison d’Antanimora à Solo, RANARISON Tsilavo a cité deux témoins :
– RAHARISON Gisèle, gréviste et ancien responsable chez CONNECTIC, puis a travaillé chez DATALINK et est actuellement chez NEXTHOPE,
– RAKOTOARISOA Lyna, chef gréviste et account manger chez CONNECTIC, account manager chez DATALINK et NEXTHOPE.
Les trois sociétés CONNECTIC, DATALINK et NEXTHOPE ont besoin d’être partenaire CISCO pour survivre bien qu’ils peuvent vendre des produits CISCO sans être partenaire.

Solo a été en prison pendant 5 mois jusqu’au verdict le 15 décembre 2015 R

Solo a été bloqué en prison à Antanimora jusqu’au verdict le 15 décembre 2015 pour qu’il ne puisse pas accéder à tous les éléments de preuves. Heureusement que Solo, diplôme d’expertise comptable de formation (France, 1989) a été prévenant et déposé tous ces documents sur le cloud hébergé par GOOGLE.
Il a suffi donc à Solo de transmettre au comité de défense un nom d’utilisateur et un mot de passe pour avoir accès au preuves qui contredisent aux allégations de RANARISON Tsilavo dans sa plainte avec demande d’arrestation. C’est pour cela que RANARISON Tsilavo va tenter et a réussi à persuader la chaîne pénale acquise à sa cause qu’on peut modifier les emails. GOOGLE a répondu qu’un message GMAIL ne peut pas être modifié mais seulement transféré et détruit.

Le tribunal de première instance condamne Solo à 2 ans de prison avec sursis et 1.500.000.000 d’Ariary de dommages et intérêts sans arguments R

Comme l’équipe de défense de Solo a produit toutes les preuves qui contredisent tout ce RANARISON Tsilavo affirme, le magistrat du tribunal correctionnel de première instance d’Antananarivo ne peut pas avancer d’argument valable. Et dans la logique de la procédure, ce dossier ne doit même pas être jugé car il y a une vice de procédure : le Procureur Général n’a pas à gérer  ce dossier, c’est au Procureur de la République de dire s’il y a ou non lieu à poursuivre.

La Cour d’Appel d’Antananarivo confirme le jugement malgré une demande de dessaisissement de Cour demandée par Solo R

Tout le monde est d’accord que ça ne tourne pas rond à la Cour d’Appel d’Antananarivo pour ce dossier avec le le Procureur Général près de la Cour d’Appel qui traite lui même un dossier alors que ça n’entre pas dans sa prérogative. L’équipe de défense de Solo a déposé un dessaisissement d’une Cour à une autre auprès de la Cour de Cassation mais la Cour d’Appel a fait fi de cette demande dûment constitué et a tenu une audience boycottée par l’équipe de défense de Solo ; à quoi bon être présent à une parodie de justice.
A la différence du jugement de première instance, les magistrats ont trouvé un argument farfelu

Vente immobilière des biens immobiliers de Solo et envoi du jugement à toutes les banques à Madagascar par RANARISON Tsilavo R

Pour faire une ample publicité de l’affaire, RANARISON Tsilavo a envoyé à toutes les banques de Madagascar par voie d’huissier une copie du jugement condamnant Solo à 2 ans de prison avec sursis et à 1.500.000.000 d’Ariary de dommages et intérêts,. Vous avez bien lu c’est bien1 milliard 500 millions d’Ariary alors que RANARISON Tsilavo ne détient que 20 % des parts chez CONNECTIC et que le montant supposé du détournement est de 3.660.000.000 d’Ariary. En temes de retour d’investissement, on peut pas trouver mieux.
Le but de RANARISON Tsilavo en programmant la vente aux enchères pour le 21 septembre 2016 est de faire perdre à jamais les biens immobiliers de Solo car ce qui est vendu aux enchères est perdu à jamais. A l’issue de la vente à la criée, il a peut être programmé d’envoyer un huissier et l’EMMO-REG pour expulser les salariés de CONNECTIC dans les locaux utilisés.

Le Procureur Général près de la Cour Suprême siffle la fin de cette parodie de justice en faisant une requête de pourvoi dans l’intérêt de la loi (PIL) R

Le 20 septembre 2016, grâce à une mobilisation sans précédent du comité de soutien de Solo sur proposition du Ministre de la justice, Charles ANDRIAMISEZA, le Procureur Général près de la Cour Suprême a fait une requête de pourvoi dans l’intérêt de la loi (PIL).
Cette requête est très importante car dans les attendus, elle donne raison aux arguments et preuves que nous avons avons montré en vain au Tribunal correctionnel et à la Cour d’Appel d’Antananarivo.

On va pouvoir avoir des attestations à CISCO et aux commissaires aux comptes R

Avec cette requêtre du pourvoi dans l’intérêt de loi on va pouvoir demander des attesatations à CISCO at au commissaire aux comptes. Ils ne peuvent plus se réfugier dans la neutralité alors que CISCO  a établi une attestation que RANARISON Tsilavo, ancien directeur exécutif de CONNECTIC jusqu’en septembre 2012, gérant  fondateur de NEXTHOPE depuis novembre 2012.

Tout est parti d’une plainte avec demande d’arrestation déposée par Maître Freudon Armand RATOVONDRAJAO agissant au nom de RANARISON Tsilavo Tsiriniaina, ancien Directeur exécutif de la société ConnecTIC jusqu’au mois de septembre 2012 et Gérant fondateur de la société NEXTHOPE depuis novembre 2012,   le 20 juillet 2015 chez le Procureur Général de la Cour d’Appel d’Antananarivo (PGCA)   plainte-1-ranarisonplainte-2-ranarisonplainte-3-ranarisonLa version PDF optimisée  de la plainte pour une large diffusion est la suivante plainte-ranarisontsilavo.

La demande a été traitée par le Procureur Général de la Cour d’Appel d’Antananarivo et transmis u Directeur de la police économique dès le lendemain, le 21 juillet 2015 pour enquête et déferrement.soit-transmis-pgca

L’investisseur cible de la spoliation, Solo,  a été mis en mandat de dépôt à Antananimora dès le mercredi 29 juillet 2015 à 20 heures pour n’en sortir que le mardi 15 décembre 2015, soit cinq mois après. Il a été condamné à 2 ans de prison de sursis et 1.500.000.000Ariary de dommages et intérêts à payer à RANARISON Tsilavo Tsiriniaina par le Tribunal de première instance et la Cour d’Appel d’Antananarivo.

L’investisseur cible de la spoliation a déposé une plainte pour intrusion informatique à la fin de l’année 2012, l’enquête n’a été bouclée qu’au mois d’octobre 2013. Comme quoi, la justice à Madagascar adopte une vitesse variable selon les dossiers.

 

Contact : infos@madagasikara.net

Aller à la barre d’outils